La crème de lait bouilli

La crème de lait bouilli, recette oubliée reste incroyablement présente dans la mémoire de celles ou ceux qui l’ont connue.

Personnellement, je l’avais classé dans les choses infâmes. Ça logeait au fond du frigo dans une petite tasse bleue magique dont j’aimais énormément la couleur. Était-ce pour nous faire oublier sa vilaine texture qu’elle était dans cette tasse ou tout simplement parce que cette tasse représentait l’exacte mesure de ce qui était nécessaire pour la plupart des recettes où elle était utilisée ?

tasse bleue

Un jour, les vaches disparurent du village et avec elles, lait frais, lait caillé, faisselle et crème de lait bouilli. Ce ne fut pas une grande perte pour moi. Enfin, il n’y avait plus ce truc ignoble au fond du frigo. Par contre j’aimais vraiment bien le bleu de la tasse et les vaches dans la prairie.

Et puis d’autres choses disparurent encore, les tuiles, les gaufrettes à la cannelle et le gâteau à l’orange. Il y en avait certes de temps en temps mais bizarrement, ça n’avait plus le même goût. Et c’est à ce moment précis que j’ai réalisé que la faute à tout ça, c’est parce que la crème n’existait plus….. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé…. C’est quand ça disparaît qu’on se rend compte de la valeur des êtres ou des choses…

Auparavant, on allait chercher le lait tous les jours à la ferme. C’était rigolo, on arrivait dans une étable ou on prenait en pleine figure la chaleur des animaux mais aussi leur odeur. Ma cousine était assis sur un petit banc et trayait consciencieusement les vaches. Une fois le lait tiré, elle jetait le tout dans un grand bac. C’était chaud, ca fumait, ca sentait bon (si, si je vous assure), c’était beau ce blanc…. Puis avec une mesure louche (n’allait pas croire qu’elle était malhonnête hein ! je veux dire avec une louche qui servait de mesure…. mais je connais pas le nom), elle remplissait notre petit pot de lait.

pot de lait

Heureux et guillerets, nous repartions à la maison tout en testant les lois de l’apesanteur. Oui, oui, on prenait le pot de lait par le manche, on enlevait le couvercle pour mieux voir et hop, d’un tour de bras, on faisait tournoyer le lait à grande vitesse. Il s’accrochait aux parois et ne tombait pas. Au milieu, il y avait un grand trou, l’œil du cyclone…. Non, ce n’est pas ça le lait tourné. Ca c’est du lait normal qui arrivera normal si on lâche pas le manche….

Évidemment, notre mère ignorait tout de nos petits jeux. Arrivés à la maison et en sifflotant, nous lui remettions ce nectar. Elle s’empressait de déposer le précieux liquide dans une casserole afin qu’il ne tourne pas (Ah, si elle avait su !). Puis une fois froid, elle prélevait la crème qui remontait au dessus pour la mettre dans la jolie petite tasse bleue.

Quand elle était pleine, soit tous les dimanches, on avait droit au gâteau à l’orange et de temps en temps aux gaufrettes et aux tuiles.

Aujourd’hui, je fais de nouveau ce gâteau à l’orange mais sans crème de lait bouilli car pour avoir du lait frais, je dois parcourir 10 km et 10 km tous les jours pour remplir ma petite tasse bleue, c’est beaucoup.

Traces de blogueuses :

brigitte dit

Cathy dit

Nous avions le même pot à lait, j’adorais moi aussi la crème de lait bouilli que je mangeais avec du succre, à la petite cuiller !

Lundi 29 Mai 2006, 10:54 GMT+2 | Retour au début

Plein de souvenirs me reviennent! Moi aussi Maman gardait la crème du lait que nous allions chercher à la ferme, et une ferme dans une petite ville, oui, oui! Puis un jour terminé! plus de vaches ni de ferme, plus de lait frais que j’allais chercher dans le pot à lait comme toi mais que je ne faisais pas tourner!

Lundi 29 Mai 2006, 11:41 GMT+2 | Retour au début

Mijo dit

Même pots à lait chez moi.
Mes frères, ma mère surtout, adoraient se faire des tartines de lait bouilli. Moi, ça me donnait des nausées.

Lundi 29 Mai 2006, 11:56 GMT+2 | Retour au début

En lisant ton article plein de souvenir d’enfance sont revenue, quand j’allais en vacance chez ma tante qui était agricultrice, moi j’adorais la crème de lait bouillie et je la mangeais sans rien, j’attendais que mon bol de lait refroidisse pour pouvoir la dévorer et les gâteaux à la crème aussi j’ai connu et plein d’autres choses , merci de m’avoir permis un retour en arrière de 25 ans au moins.Bonne journée.

Lundi 29 Mai 2006, 13:42 GMT+2 | Retour au début

 

Hihi, faire tourner le pot à lait moi aussi j’ai connu ça tout pareil, ça fait drôle de le revivre, et moi aussi je détestais la crème sur le lait ! comme quoi on change!

Lundi 29 Mai 2006, 17:31 GMT+2 | Retour au début

 

rosine dit
 

Chez moi aussi, il arrivait que ma mère conserve la crème ( plutôt la peau d’ailleurs ) du lait mais on n’avait pas de frigo, alors elle la mettait à l’entrée de la cave et quand la tasse était pleine, elle faisait de petits biscuits.

Lundi 29 Mai 2006, 17:52 GMT+2 | Retour au début

 

mamina dit

Tu me rendrais la crème de lait sympathique,je ne l’aurais pas crû…

Lundi 29 Mai 2006, 18:51 GMT+2 | Retour au début

Ah, que c’est divin de se replonger dans son enfance

Lundi 29 Mai 2006, 21:21 GMT+2 | Retour au début

Après quelques jours d’absence, je vois que tu n’as pas perdu le goût du « bon vieux temps »… cette petite crème de lait bouilli et histoire de pot au lait me rappelle les pots de crème tout droit sortis de la ferme du coin de la rue… tu sais, cette crème toute liquide à l’odeur si … fermière !!! (que l’on mélangeait sans complexe au fromage blanc à peine égoutté )!!!

Lundi 29 Mai 2006, 22:36 GMT+2 | Retour au début

J’aime bien ton histoire, ca me ramene aussi a la ferme de mon village et cette odeur chaude et ecoeurante de lait et de fumier. Mon pot etait rectangulaire, c’etait une ancienne gamelle en alu. J’aimais aller chercher le lait, mais j’ai toujours deteste en boire.
Pouquoi l’appelle t’on creme de lait bouilli alors que le lait etait tout juste tire?

Mardi 30 Mai 2006, 10:40 GMT+2 | Retour au début

Brigitte dit

j’ai gardé la tasse de ma grand mère et figure toi qu’ici en Guyane il y a des vaches et des fermes et donc je vais reremplir la tasse !.. Le pot au lait, ça va être plus compliqué
merci de nous avoir toute repongées dans nos passés heureux

Mercredi 31 Mai 2006, 00:48 GMT+2 | Retour au début

cb22 dit

C’est vrai que ça rappelle quelques souvenirs… Je reviens de chez mon oncle et ma tante, anciens agriculteurs, mon cousin a repris leur ferme…. Et devinez quoi ? j’ai ramené 2 l de lait que j’ai vu trait sous mes yeux… Je sais qu’il faut le faire bouillir, mais je ne sais pas trop combien de tps, ni quoi faire pour éviter qu’il ne déborde… Je vais essayer !

Mercredi 19 Juillet 2006, 22:13 GMT+2 | Retour au début

nini78 dit

salut, Et bien moi j ai de la chance car je vais cherché 3 l de lait un peu près tous les3 jours. J ai la chance d habité a la campagne et de connaitre (plutot mon ami) un fermier qui a plein de vaches,des poules et autres divers animaux. Il ne le fait pas pour tous le monde mai comme la grand mere de mon ami allait chercher du lait depuis des dizaine et des dizaine d années, on a voulut continuer car c est super bon et ma fille de 4 ans ce régal aussi.La creme je l utilise de tps en tps pour faire du beurre ( quand je réussi) bisous. le village s appel Arcais 79210 et moi je vi a St Hilaire La Palud.

Mercredi 16 Aout 2006, 21:01 GMT+2 | Retour au début

sylvie dit

merci pour ces bons souvenirs:j’allais chercher le lait à la ferme qui se trouvait près de chez moi et je me souviens que nous demandions 1 « pinte  » de lait (= 1 louche) :expression du nord ???? peut -être

Mercredi 22 Novembre 2006, 16:05 GMT+2 | Retour au début

MarieT dit

La pinte est en fait une ancienne mesure qui équivaut à un peu moins d’1 litre (variable selon les régions). A mon avis ça correspond à la capacité de la louche à lait. Personnellement, je ne me rappelle plus du nom qu’on donnait à l’ustensile. Je crois qu’on demandait tout simplement 1 ou 2 litres de lait selon la capacité de notre pot.

Mercredi 22 Novembre 2006, 18:41 GMT+2 | Retour au début

sylviane dit

que de souvenirs ! ce pot à lait qui tournoie,nous aussi l’avons fait avec mes frères. et la crème de lait, maman nous en faisait des petits biscuits secs. elle écrémait le lait tous les jours et le dimanche pour le gouter nous avions de délicieux biscuits

Vendredi 19 Octobre 2007, 10:40 GMT+2 | Retour au début

J’adorais voir la mesure plonger dans le seau de lait et ressortir toute dégoulinante de blanc et puis le lait couler à flot dans le pot en aluminium.
La mesure faisait un demi litre, il en fallait trois pour remplir le pot.
On achetait aussi du fromage blanc. Il était dans des petites faisselles en forme de coeur. La fermière le retournait dans un pot en plastique (oui, le plastique existait, ce n’était pas avant 1914 ! ) et elle versait dessus une louchée de crème fraîche onctueuse… ah lala, il y avait pratiquement autant de crème que de fromage.
je n’ai jamais, jamais remangé un fromage blanc comme celui-là.

Samedi 2 Fevrier 2008, 09:52 GMT+2 | Retour au début

Eglantine dit

Ma mère faisait elle même son fromage blanc en faisselle qu’elle déposait au pied de l’escalier de la cave. J’ai une fromagère mais j’ai jamais osé me lancer, persuadée qu’il fallait un lait entier sorti frais de la vache pour le faire. Une lectrice vient de le démentir et m’a envoyé la notice de cette fromagère.
J’adorais aussi aller chercher le beurre à la ferme chez « la Monique », parfois on avait la chance de la voir manier la baratte…. et puis y’avait aussi la crème. Souvenirs, souvenirs….. Récemment, j’ai acheté du lait frais de ferme…. et bien j’ai eu du mal à le boire tellement j’ai trouvé ça fort, or enfant je ne buvais que ça tous les matins. J’ai eu ma tasse de lait bouilli qui a fini par je ne sais quelle maladresse sur le sol de ma cuisine. Je n’ai plus retenté l’expérience !

Samedi 2 Fevrier 2008, 10:00 GMT+2 | Retour au début

Faire du beurre : une vieille institutrice de Nouvelle-Calédonie m’a raconté ceci:
<< Quand j’étais jeune je passais mes vacances à cheval. Je rentrais le bétail (c’est comme ça qu’on dit ici). Ma mère avait son lait chaque jour et gardait la crème fraîche. Quand il y en avait assez j’accrochais le bidon au cheval en partant le matin. je l’avais là près de ma jambe et quand je rentrais après avoir bien caracolé le beurre était fait ! Il ne restait qu’à le frapper du bout des doigts et à le rincer >>.

Vendredi 14 Mars 2008, 00:22 GMT+2 | Retour au début

wonderlu dit

Chouette! Je viens de trouver une fermière bien sympathique dans mon village et je vais chercher mon lait frais deux fois par semaine. Je me demandais comment récupérer la crème, maintenant je sais! Merci pour vos conseils et vos expériences.

Mardi 1 Avril 2008, 22:32 GMT+2 | Retour au début

Nanou72ex38 dit

Que de bons souvenirs me reviennent, j’allais chercher le lait le matin avec ma soeur, à 300 mètres. Mais nous n’avions pas un pot spécial, la fermière nous le mettait dans des casseroles, et si elle remplissait trop, la route de retour était tout le long parsemée de gouttes de lait ! Il y avait dans la famille deux clans : ceux qui détestaient voir surnager la crème/la peau sur leur café au lait et ceux qui adoraient la peau de lait.
J’étais de ces derniers. Quand le lait avait refroidi, je passais en douce dans la cuisine, et d’un geste preste, rapide et précis, j’enroulais la peau autour de mon doigt et hop, dans la bouche ! Ma mère n’a jamais pu, et pour cause, faire de gâteau de peaux de lait !
Maintenant je viens de retrouver un petit producteur local qui accepte de m’en vendre un peu chaque jour. Seulement, j’ai oublié combien de temps il faut le faire bouillir ?
Je viens de le faire bouillir 10 minutes, (en tournant tout le temps pour qu’il n’attache pas au fond et pour qu’il ne monte/déborde pas). Est-ce suffisant ? Parce que je viens aussi de lire dans un bouquin de cuisine qu’il faut le faire bouillir 20 minutes ???
Merci de votre aide
Nanou

Mardi 20 Mai 2008, 00:51 GMT+2 | Retour au début

nima dit

Dans les années 50 ma mère achetait le lait au détail chez le dépotayer (c’est normand). Elle faisait bouillir le lait et récupérait la crème qu’elle gardait jour après jour et à cette époque nous n’avions pas de frigo. Quand elle en avait suffisamment elle faisait ce fameux gâteau à la crème de lait qui cuisait dans le four du fourneau à charbon. En 58 nous avons déménagé, plus de dépotayer, de lait frais, ni de fourneau et elle n’a plus refait ce gâteau. J’étais bien petite à l’époque mais je m’en souviens très bien et je crois que je ne retrouverais jamais le goût de ce gâteau.

Mercredi 18 Juin 2008, 17:45 GMT+2 | Retour au début

Corinne Nord dit

En vous lisant je viens de comprendre que c’est un privilege d’habiter le nord de la france et d’avoir un fermier qui passe à domicile une fois par semaine avec lait entier, beurre et oeufs et que je puisse me regaler avec cette creme de lait

Mercredi 18 Fevrier 2009, 08:47 GMT+2 | Retour au début

Ocharsa dit

Tout comme vous j’ai connu le lait que j’allais chercher chez une lointaine cousine dans le village de mes grands-parents, puis une laitière en camionnette qui passait 2/3 fois par semaine. Ma grand-mère faisait bouillir le lait et souvent maman mangeait la crême. Elle aussi petite faisait tourner le bidon qu’elle prenait chez cette même cousisne. Puis plus de cousine, plus de laitière, plus de grands-parents et plus de vacances dans ce petit village. Mais j’ai plus de chance que vous tous, j’habite à Istanbul, près du Bosphore et j’ai encore un vrai petit paysan qui me livre du lait frais (encore chaud parce que juste tiré) et des oeufs pas calibrés, pas poinçonnés. J’écume consciencieusement la crême et à nous tartines, petits gâteaux et goûts de l’enfance. Maman est souvent là et mes 3 enfants raffolent de ce parfum si particulier. Je n’ai pas de petite tasse bleue : quand le lait bout chez nous, c’est par 5 litres !

Mardi 13 Octobre 2009, 12:33 GMT+2 | Retour au début

Valerie dit

J habite a la campagne et j arrive encore a avoir du lait cru que je fais bouillir avant de faire mes yaourts je recupere la creme de lait pour faire le meme gateau que ma grand mere
les oeufs aussi sont tous frais
j habitais dans une grande ville il y a encore 5 ans et mes enfants ne connaissaient que le lait en brique
c est super de revenir qux traditions il me manque juste le petit pot en alu car mon lait est dans une bouteille plastique

Lundi 30 Novembre 2009, 13:08 GMT+2 | Retour au début

Chantala46 dit

Je me souviens des délicieuses tuiles à la crème de lait que faisait maman et qui embaumaient la cuisine ! Quels délices , l’eau m’en vient à la bouche !! Dans le sud-ouest nous avons la chance ( en particulier ds le Tarn et l’Aveyron ) d’avoir des distributeurs de lait cru de la traite du jour !! En particulier ds les villes ayant un lycée agricole !! Malheureusement la recette des tuiles à la crème de lait de maman est portée disparue !! Qui saura me la redonner ?

Samedi 13 Mars 2010, 21:02 GMT+2 | Retour au début

Eglantine répond

Voici la recette telle que maman les faisait :

1 blanc d’oeuf
1 cuillère de sucre
1 grosse cuillère de crème
1 cuillère 1/2 bombée de farine

Je ne peux pas te donner plus de précision. A toi d’adapter…. avec la crème ordinaire, cette recette n’est pas aussi excellente…. Elle est faite pour la crème de lait bouillie.

Samedi 13 Mars 2010, 21:21 GMT+2 | Retour au début

Lise Pas De Calais dit

QUE DE SOUVENIRS,Ma maman qui était commerçante à Berck/mer, vendait du lait à la pinte, elle faisait des petites tuiles avec la crême de lait bouilli elle disait que c’était des bisous et lorsqu’il lui restait du lait invendu elle le mettait dans un linge blanc et faisait ce qu’elle appelait de la pate à suisse ses clients adoraient, je ne me souviens plus si, elle mettait de l’oeuf dans la recette des tuiles mais j’ai l’impression d’en retrouver le goût rien qu’en y pensant

Mardi 23 Mars 2010, 01:10 GMT+2 | Retour au début

La fameuse madeleine de Proust !

Vendredi 22 Juillet 2011, 22:01 GMT+2 | Retour au début

Reine dit

Lorsque j’étais petite ma grand-mère faisait des petits sablés avec le crème de lait. J’ai toujours le goût de ces petits gâteaux dans la bouche et pourtant cela fait plus de 50 ans.
Maintenant j’ai à côté de chez moi, une ferme où je vais chercher mon lait frais,mon beurre, et je fais ces formidables petits gâteaux ainsi que mes yaourts et mon fromage blanc.

Quelle joie de retrouver les joies d’avant

Jeudi 30 Aout 2012, 08:42 GMT+2 | Retour au début

Dagro dit

Je n’ai pas lu toutes les réponses. Mais j’ai barraté, toute mon enfance, la crème du lait frais. C’est la seule qui mérite ce nom. Le lait bouilli ne donne pas de crème. La peau qui se forme en refroidissant, apparait même dans un lait écrémé. Elle est constituée :
En conclusion, la peau du lait est constituée :
– d’une couche mixte de caséine et d’albumine dans un lait écrémé.
– d’une couche mixte de caséine et d’albumine + de matière grasse emprisonnée dans le film précédant dans un lait entier.

Mardi 24 Septembre 2013, 10:09 GMT+2 | Retour au début

Eglantine répond

Merci pour toutes ces précisions….. si j’en suis votre raisonnement, la crème est dans le lait mais le faire chauffer permet de faire remonter la matière grasse que nous considérions comme de la crème. Comment obtient on alors la crème ? quel est le procédé pour la séparer du lait ?

Mercredi 25 Septembre 2013, 17:47 GMT+2 | Retour au début

Fitzk2 dit

Je prends du lait chaud à la ferme, je le fait bouillir environ 2 minutes, après refroidissement et passage au frigo, la crème se dépose à la surface.
Au printemps (cette semaine cela devrait être bon !) quand les vaches retournent à la pâture, il m’arrive de « récolter » 1.5 cm de crème au dessus de ma casserole.
Dans les gâteaux, crêpes, gaufres, brioches, pâte à tarte…je remplace le beurre ou l’huile par la crème de lait, à égale proportion, sans transformation, et ç’est très bon !

Samedi 29 Mars 2014, 19:33 GMT+2 | Retour au début

Print Friendly

Une réflexion au sujet de « La crème de lait bouilli »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *