Raviolis aux épinards, sauce au bleu d’Auvergne et au safran

J’adore les raviolis et les épinards…. Lorsque ces feuilles reviennent à  l’hiver, systématiquement j’en fais et je n’applique pas toujours la même recette. Je varie au gré de mes envies la sauce et cette fois, elle fut improvisée à partir de restes dans mon frigo. Ce fut si bon que j’ai eu envie de partager ces raviolis aux épinards, nouvelle sauce…. Le safran qui vient de Talaouine est un vrai plus, il est extrêmement parfumé et laisse en bouche une saveur envoûtante.

Raviolis aux épinards

Pour deux plaques de raviolis

Environ 250 gr d’épinards frais
125 gr de fromage blanc (ou ricotta)
une petite gousse d’ail
20 cl de crème liquide
pistil de safran (ici 5 pistils de safran de Taliouine)
Bleu d’auvergne (non quantifié)
Sel, poivre
Environ 30 gr de parmesan

Les raviolis

Retirez la queue centrale de l’épinard. Lavez les, essorez les. Faites cuire à feu doux et à couvert jusqu’à ce que l’épinard s’amollisse. Coupez avec un ciseau les feuilles. Mélangez avec le fromage blanc et l’ail, salez légèrement.

Procédez ensuite comme pour les raviolis aux épinards présentés auparavant : moulez vos épinards et faites les cuire puis réservez.

La sauce

Faire chauffer la crème liquide en ajoutant dedans le safran. Faites fondre dedans du bleu d’Auvergne : votre sauce doit s’épaissir légèrement et se saler naturellement avec le fromage. Elle doit être légèrement parfumé mais le goût du safran ne doit pas être masqué. Je pense qu’il faut compter à peu près 50 gr de fromage (la prochaine fois je pèserai pour mettre cette donnée).

Etalez vos épinards dans un plat à gratin. Recouvrez avec la sauce puis le parmesan râpé. Ajoutez un peu de poivre et faites gratiner une dizaine de minutes au four.

Print Friendly, PDF & Email

Une réflexion au sujet de « Raviolis aux épinards, sauce au bleu d’Auvergne et au safran »

  • 23 janvier 2018 à 7 h 37 min
    Permalink

    Merci pour la recette. L’association de pâte avec des légumes reste un moyen relativement simple pour faire manger aux enfants autre chose que des nouilles, du riz ou des pommes de terre.

    De plus, avec tous les problèmes de santé publique, en qualité de parent, même si nous courrons après le temps, dans notre famille nous délaissons de plus en plus les plats préparés industriels au produit de recette fait maison. Il est quand même dommage que dans un pays de la gastronomie, régulièrement l’image est ternie par des sociétés peu scrupuleuses des règles de bases.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *