Les crosnes

A force de côtoyer des gens qui me présentent des produits extraordinaires, j’en arrive à faire des choses un peu folles.

Jugez un peu, l’autre jour, en me promenant, je croise une étiquette sur un étal « crosnes » au prix astronomique de 25 € le kilo. A ce prix là, on réfléchit en deux fois avant de faire l’achat mais piqué par la curiosité, je décide quand même d’en acheter une poignée. Faut pas mourir idiot…. et surtout inculte.

Après un court parcours de la blogosphère, je tombe sur le blog de JP qui dit qu’il faut les mettre avec du gros sel dans un chiffon, les secouer et ensuite bien les laver. Ni une ni deux, je m’empresse de faire cela. Et puis, quitte à tester un produit, testons le bien. Je sépare les crosnes en deux  pour pouvoir faire 2 préparations.

Je ressors mon vieux grimoire, un livre qui date de plus de 100 ans : « l’art du bien manger ». Il me semblait y avoir vu une recette de crôsnes. Il y a 100 ans, c’était pas la même orthographe, ça s’appelait crône. Depuis, on a remplacer l’accent circonflexe par un s supplémentaire. Pourtant pour l’hôpital, on a fait l’inverse. Allez y comprendre quelque chose à la langue française. Pour la petite histoire, le crosne a été acclimaté en France en 1882 par un membre de l’association français du nom d’Auguste Pailleux à Crosnes en banlieue parisienne. Il eut à l’époque un petit succès, mérité je dois l’avouer.

1ère recette :

crosnes

Faire bouillir 15 mn de l’eau avec un petit oignon, une échalote, un clou de girofle, 1 feuille de laurier. Au bout de 15 mn, jeter les crosnes dans l’eau bouillante et faites cuire 10 mn à 12 mn environ : pas plus, ils doivent rester croquants. Egoutter, ajouter un petit morceau de beurre et servir. On peut aussi y mettre du jus de viande.

 

2e recette :

crosnes

Les faire cuire puis faire une pâte à beignets (farine, oeufs, lait, sel, poivre). Tremper les crosnes dedans et faire frire.

Résultat : ce n’est pas mauvais du tout, un petit goût d’artichaut mais plus fin à mon sens. Je préfère la version beurre et je verrais très bien ça en accompagnement d’une petite viande (bien trop cher pour en faire un plat complet). Quant aux beignets, c’est très sympathique et je les servirais assez facilement avec un petit apéritif.

Une bonne expérience. Cette recette ira bien sur alimenter la page que je réserve aux recettes d’il y a 100 ans  et + pour le jeu que j’ai ouvert.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *