Tartelettes aux épinards et chèvre

S »il est un légume que je détestais étant enfant, c’est bien les épinards…

Un beau jour ma mère m’annonça que j’allais faire un petit séjour près du Havre, en colonie de vacances. Ca m’allait à ravir : d’une part j’enviais mon frère qui, sur ordre du médecin était parti faire un petit voyage du côté d’Oléron, d’autre part, on a beau aimer la campagne, parfois, c’est ennuyeux et voir de nouveaux paysages et de nouveaux amis présentaient un attrait certain.

Ce que j’appris seulement au moment du départ, c’est que ma mère avait comploté dans mon dos. En effet, j’étais affreusement difficile, vous savez la môme qui ne mange que des pâtes et des frites et surtout pas de viande. Aussi, ma génitrice avaient chargée l’institution de faire mon éducation. Je serais sous surveillance pendant les repas !

C’est ainsi qu’un beau jour, je me retrouvai assis devant une assiette d’épinards avec interdiction de sortir de la table avant que l’assiette ne fut finie. Têtue, je l’étais et grâce à mes taquins de frère, j’avais appris depuis longtemps à résister. Devant la torture, on a le devoir de ruser !

Plus d’une heure s’écoula sans que je ne daigne mettre une fourchette à ma bouche. La surveillante lassée de mon obstination quitta un instant les lieux. Un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche, plus personne à l’horizon. C’est alors que me vint une idée lumineuse : je répartis soigneusement les légumes sous les accessoires encore présents sur la table à savoir, cruche, corbeille à pain, plat, verre, assiettes… La surveillante revint, esquissa un sourire de satisfaction et me libéra.

Ce n’est donc pas à Fécamp que j’ai appris à aimer les épinards. Par contre, j’y ai découvert cette délicieuse liqueur qu’est la Bénédictine.

La leçon de tout cela, c’est que je n’ai jamais voulu imposer à mes enfants une nourriture qu’ils n’aimaient pas… J’ai développé des trésors d’ingéniosité pour leur présenter les mets  maquillés sous d’autres formes afin de leur faire découvrir les aliments honnis…et finalement aujourd’hui, ils ont moins d’à-priori et beaucoup plus de curiosité.

Voici donc les tartelettes qui leur ont fait aimer les épinards.

Pour 5 tartelettes

Les ingrédients :

Pâte feuilletée
1 fromage de chèvre en pyramide
60 gr de crème fraîche
300 à 400 gr d’épinards fraîchement cueilli)
1 petite gousse d’ail
parmesan
Sel, poivre

Préparation  :

Épluchez les épinards en enlevant le plus gros de la tige centrale et rincez les. Faites suer ces épinards à feu doux dans un faitout recouvert d’un couvercle. (en principe, ils ont gardé pendant le lavage un peu d’eau, il est donc inutile de mettre quoi que ce soit avec dans le faitou).

Les Épinards vont rendre de l’eau, il faut donc les égoutter et les presser légèrement afin d’extirper un maximum de liquide. Ciselez les : avec un ciseau, ça va tout seul. Ajoutez une pointe d’ail hachée et laissez refroidir.

Mélanger ensemble la pyramide de chèvre et la crème

Montage

Préchauffer le four, th. 220

Foncez les moules avec la pâte feuilletée. Dessus, vous déposez, quelques cuillères d’épinards puis le mélange chèvre, crème.

Utilisez les chutes de pâte pour façonner des bandelettes que vous disposerez sur le dessus en croisillon.

Parsemer ces croisillons d’un peu de parmesan râpé.

Enfourner. C’est prêt lorsque la pâte feuilletée est cuite.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *