Poulet aux amandes

Cette recette surprenante de poulet aux amandes découverte il y a maintenant bien des années sur un vieux livre de poche offert par une célèbre enseigne de Vente Par Correspondance, est devenue chez nous un classique. C’est une recette étonnante et absolument délicieuse qui bluffera vos invités.  Cette recette qui portait le nom de poulet algérien a tout de suite conquis famille et amis.  Je crois d’ailleurs que toutes les personnes qui ont été invitées un jour à partager notre repas, ont goûté à ce plat et personne n’a été déçu tant et si bien qu’aujourd’hui, lorsqu’on vient manger chez nous, il arrive que parfois on me demande expressément ce fameux poulet. Certains membres de ma famille ont d’ailleurs appris à le faire. Personne n’a jamais pu me confirmer qu’il s’agissait bien d’une recette algérienne aussi je considère aujourd’hui que ce poulet fait partie de notre patrimoine, d’autant qu’il a remplacé depuis bien longtemps le fameux gigot piqué d’ail pour le jour de Noël ou les fêtes pascales. A vous de juger !

Poulet aux amandes

Les ingrédients :

1 beau poulet fermier (environ 1;5 kg)
50 + 100 gr d’oignons
50 + 100 gr de raisins golden
50 + 100 gr d’amandes effilées
20 gr de beurre
60 gr de riz
sel, poivre, muscade

+ 350 gr de riz étuvé de très bonne qualité ou tout autre riz long blanc  de bonne tenue (cuisson du riz)

La recette :

Choisir pour cette recette un poulet fermier bien gras qui donnera beaucoup de jus à la cuisson (Poulet fermier de Vendée, de Loué…). Personnellement, ici dans le coin nous avons la chance d’avoir des producteurs Bio qui fournissent d’excellentes volailles.

Dans une petite casserole, faire blondir légèrement 50 gr d’oignons dans le beurre, ajouter 60 gr de riz, faire revenir puis ajouter deux fois 1/2 le volume en eau. Faire bouillir, baisser le feu et couvrir, laisser cuire environ 14 mn. Vérifier la cuisson du riz qui doit rester un peu ferme mais cuit. Ajouter alors à ce riz 50 gr d’amandes effilées, 50 gr de raisins, salez, saupoudrez de muscade et mélangez. Vérifier l’assaisonnement en goûtant. A ce stade, ce doit être doux au palais, et légèrement relevé en muscade sans que ce soit écœurant. La muscade est la seule épice qui entre dans la composition de votre plat. Soyez généreux mais pas trop quand même. Vous pourrez ajuster en fin de cuisson.

Mettre dans le poulet vidé cette farce. Huiler un plat. Poser le poulet sur ce plat et mettre au four (th. : 200°, chaleur tournante). N’ajouter surtout pas de graisse à votre poulet, si vous l’avez bien choisi, il en rendra assez lui même. Inutile aussi de monter la température de votre four, sauf si vous êtes pressés, ça vous évitera d’être enfumé.

Pendant ce temps couper les oignons qui vous reste en morceaux grossiers (2 à 3 cm de côté).

Après une heure de cuisson, ajouter oignons, ajouter dans la sauce du poulet les oignons en morceaux, le reste des amandes, le reste des raisins et bien mélanger ces ingrédients à la sauce du poulet. Ils doivent être luisants de sauce. Si ce n’est pas le cas, ajouter un peu de beurre sur le poulet mais si vous avez choisi un poulet de qualité, ce ne sera absolument pas nécessaire. Remettre alors au four jusqu’à ce que le tout offre une jolie couleur dorée à la limite de la caramélisation en ce qui concerne les raisins et les oignons, en tournant de temps en temps afin que ça ne brûle pas. C’est là le secret de ce plat : caramélisation dans la graisse du poulet.

Parallèlement, faites cuire votre riz (cuisson du riz)

Lorsque vos oignons, amandes et raisins ont pris jolie couleur caramélisée, retirer du four. Mettre le poulet sur une planche à découper. Extirper la farce et la mettre dans le plat de cuisson avec une bonne partie du riz (4/5e) et bien mélangez. Si le riz est encore bien gras, vous pouvez ajouter le reste du riz. En règle général, on utilise tout le riz indiqué mais il peut arriver que la volaille ne rende pas tout le jus souhaité. A ce stade, vous pouvez rectifier l’assaisonnement, muscade, sel et éventuellement poivre (facultatif)

Découper le poulet et servir immédiatement le tout.

Et si vous voulez déguster ce plat avec un bon vin, je vous conseille un Chateauneuf-du-Pape. C’est toujours ce vin que je choisis pour l’accompagner.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *